« Paris Métropole, une nouvelle usine à gaz », Le Parisien Hauts-de-Seine, 17 septembre 2013

Patrick Devedjian, le patron (UMP) du département, abord le projet de métropole, les municipales, l’éviction de son directeur général des services… A six mois des municipales, la fièvre monte dans plusieurs villes où des candidats se disputent l’investiture de l’UMP.

Le Parisien - Nicole Goueta vient de remporter la primaire UMP à Colombes…

Nicole Goueta a la légitimité pour être tête de liste. Et l’UMP, par l’organisation des primaires que j’avais proposées, a donc trouvé les voies pour le rassemblement.

Ce n’est pas le cas à Asnières avec l'affrontement entre Manuel Aeschlimann et Cyrille Déchenoix.

Je constate que Manuel Aeschlimann paraît avoir les plus grandes difficultés à pouvoir rassembler l'opposition. Et pour pouvoir gagner à Asnières alors que la droite est majoritaire dans la ville, il faut simplement être capable de la rassembler.

Cyrille Déchenoix y est plus apte?

Je pense que c’est un candidat qui rassemble mieux.

Vous savez qu’une enquête préliminaire a été ouverte contre lui par le procureur de Nanterre sur des présomptions de prise illégale d’intérêt …

Une enquête interne n’a rien révélé et ses collègues de la commission d’appel d’offres témoignent d’un comportement normal au sein de la commission. Je n’ai donc aucun élément justifiant ces allégations.

Que dites-vous de la rivalité entre Pierre-Christophe Baguet et l’ex-maire Pierre-Mathieu Duhamel à Boulogne?

C'est l'histoire de Boulogne. Ce n'est pas bien grave.

Et du différend entre Jean-Noël Chevreau, maire UDI de Bourg-la-Reine, et sa première adjointe Martine Paresys, qui est une de vos proches ?

Je souhaite qu'à Bourg-la-Reine comme ailleurs, la majorité municipale de droite reste unie. Et j'ai beaucoup d'amitié pour Martine Paresys, il n'y a aucun doute.

La candidature de Didier Schuller à Clichy est-elle une bonne nouvelle pour la droite?

Non.

Pourquoi avoir évincé votre directeur général des services au coeur de l'été?

Le conseil général a le devoir d'être économe sur les deniers publics dans cette période de difficultés économiques. Ses responsables, les élus comme les administratifs, doivent donner l'exemple. En l'occurrence, l'exemple n'était pas bon. (NDLR: le haut fonctionnaire avait dépensé 50 000 euros pour rénover et meubler son bureau).

N'y-a-t-il pas eu néanmoins un défaut de contrôle de votre part?

Il était directeur général des services, il avait une délégation pour engager des dépenses, c'est tout à fait naturel, jusqu'à un plafond. Il était en dessous de ce plafond, il pouvait donc juridiquement engager ces dépenses sans avoir besoin d'une autorisation préalable.

Son passé professionnel (des conflits dans le Loiret où il occupait le même poste) n'aurait-il pas dû vous alerter?

Son passé professionnel avait laissé des traces dans le relationnel avec l'encadrement mais pas sur des questions de train de vie.

Que pensez-vous du territoire voulu par le gouvernement qui engloberait Paris et sa petite couronne ?

Je suis plutôt favorable au principe d'une métropole, mais pas ce modèle bureaucratique et autoritaire.

Que lui reprochez-vous ?

En 1998, la gauche fait la promotion des intercommunalités. La France a 36 000 communes, c'est beaucoup trop. Comme on ne veut pas faire comme les Allemands ou les Belges et diviser par quatre le nombre de nos communes, la gauche invente - et la droite s'y rallie -, cette immense usine à gaz qu'est l'intercommunalité. Elle a pour objet d'intégrer les compétences des villes pour les conduire progressivement à la fusion. Au bout de quinze ans, s'agissant de la région parisienne, alors qu'un travail considérable s'est accompli, la gauche dit : « on efface tout, on supprime tout », et on construit une autre usine à gaz.

Concrètement, comment cela se traduit-il au quotidien pour les villes ?

Les villes se voient dépossédées de leurs compétences en matière de construction de logements et d'urbanisme. Le permis de construire est totalement pris en main par cette nouvelle structure. Nous arriverons très vite à une paralysie générale.

Quel est le risque ?

Sur Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et les Hauts-de-Seine, la construction sera contrôlée et décidée par un organisme unique et gigantesque qui sera dans la Métropole et étroitement contrôlé par l'Etat. C'est le retour de la centralisation. C'est le retour de la centralisation, de la domination de la haute administration parisienne sur la banlieue qui a été si longtemps maltraitée.

Qu’attendez-vous des prochaines élections municipales ?

Je souhaite que ces municipales soient l’occasion pour les habitants qui n’en ont pas pris conscience de comprendre que le cadre de vie de leur ville de banlieue, qui a été considérablement amélioré depuis trente ans par la loi Defferre, risque d’être totalement bouleversé par la réforme de la métropole de Paris. A nouveau, Paris se défaussera sur la banlieue de toutes les nuisances qu’il ne veut pas.

De quelles nuisances ?

Les dépôts d'autobus, les entrepôts de pavés, et les usines d'incinération d'ordures ménagères…

Vous êtes très critiqué sur les réductions de subventions ces derniers mois, notamment dans le secteur social.

Ce n’est pas juste, car les dépenses sociales du département augmentent alors que les ressources diminuent.

Le département que vous présidez est-il véritablement le plus riche de France?

C'est faux ! Car, après péréquation (NDLR : un mécanisme de redistribution de l’argent qui vise à réduire les écarts de richesse et les inégalités entre les territoires), les recettes nettes de la Seine-Saint-Denis sont supérieures à celles des Hauts-de-Seine.

Propos recueillis par Roberto Cristofoli.

Commentaires

Au-delà des qualités des uns et des autres je ne soutiens pas l'idée de cautionner une primaire pour une mairie à recoinquérir, entre une personne de plus de 70 ans et une personne beaucoup plus "jeune" . Ou peut-être suis-je mal informé ?
Je pense qu'il est important pour l'UMP de renouveler, de rajeunir les cadres !
De même que dans le secteur privé, une limite d'âge pour une candidature à des mandats opérationnels ( 65 à 70 ans ) aurait beaucoup plus de sens que la discussion actuelle sur le non cumul des mandats.

comparaison des mutuelles santé. une comparaison de qualité en assurance santé. Diminuez le budget de votre assurance santé. Voir une complémentaire santé n'est pas rapide. Aussi est-il essentiel de détecter un bon <a href="http://www.bougezcontrelecancerdusein.fr">comparer mutuelles santé</a>

Ajouter un commentaire