3000 logements étudiants de plus dans les Hauts-de-Seine en 5 ans

LOGEMENTS-ETUDIANTSR
Le constat est le même dans les Hauts-de-Seine que dans toute la région Ile-de-France : des étudiants de plus en plus nombreux pour un parc de logement limité, souvent ancien, obsolète voire même parfois insalubre.

En ajoutant les conditions difficiles en termes de transports ou de coût financier, le logement étudiant est devenu un problème majeur pour nos jeunes et leurs familles. Cela devient aussi un handicap pour l’attractivité de notre région : de nombreux étudiants, qu’ils soient provinciaux ou étrangers, renoncent à Paris et à sa région à cause de la rareté et du coût du logement.

Conscient de l’enjeu, le Conseil général des Hauts de Seine a fait de la construction et de la rénovation des logements étudiants une priorité.

Dès 2008, j’ai signé avec l’Etat une convention-cadre fixant des objectifs ambitieux de production et d’amélioration du parc de logements. Au total, 3 000 logements étudiants seront construits d’ici 2013. 

Parmi les critères : les logements nouveaux doivent être localisés prioritairement à proximité des lieux d’enseignement supérieur, facilement accessibles par les transports en commun, et répartis sur l’ensemble du territoire (ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui, la cité universitaire d’Antony étant, je le rappelle, la plus grande d’Europe…).

Pour 1 logement supprimé, 1,2 sera construit. Ce qui signifie que la capacité d’accueil globale augmentera de 20% en trois ans.

A Antony, j’ai engagé avec Georges Siffredi, Président de la Communauté d’agglomération des Hauts de Bièvre,  Jean-Yves Sénant, maire d’Antony, et le CROUS, la réhabilitation de la Résidence Universitaire Jean Zay (RUA). Du fait de leur état de vétusté, 548 logements étudiants y ont été détruits : des logements exigus (10 m2), amiantés, en dehors de toutes les normes modernes de sécurité et d’hygiène. En contrepartie de ces destructions, 658 logements sociaux étudiants seront reconstruits avec l’aide du Conseil général. Des logements neufs, dont la surface minimum sera de 16m2, et qui seront répartis dans des unités à taille humaine, bien intégrées dans le tissu urbain, sur les communes d’Antony et avoisinantes, avec des loyers sociaux conventionnés accessibles aux étudiants. D'ores et déjà la réhabilitation du bâtiment A (312 logements) est lancée.

Deux ans après la signature de cette convention, plus de la moitié des 3 000 logements étudiants prévus sont déjà livrés (93 logements à Nanterrre, 155 à Boulogne-Billancourt, 40 à Ville d'Avray), engagés (119 à Antony) ou en phase de lancement (276 à Fontenay-aux-Roses, 88 à Bagneux, 100 à Châtillon, 160 à Sceaux, 147 à Gennevilliers, 44 à Sèvres, 40 à Nanterre, 104 à Suresnes, 150 à La Garenne-Colombes). Ce résultat témoigne de l’engagement du Conseil général, mais aussi de tous les partenaires associés à cette politique,  à qui je veux rendre hommage : les communes, le CROUS,  les bailleurs sociaux...

Seul hic dans cette politique volontariste : l’attitude ambiguë de la Région et de son président, Jean-Paul Huchon, qui ne cesse de tenir un double langage sur le sujet. D’un côté il  proclame haut et fort son ambition pour les étudiants et son esprit de coopération au-delà des clivages partisans. De l’autre, il bloque les financements.

Concrètement, ce sont aujourd'hui 583 logements étudiants répartis sur plusieurs communes (à Fontenay-aux-Roses, à Bagneux, à   Gennevilliers, ……) dont la création est à court terme compromise. Sans la participation du Conseil régional, estimée à près de 4M€, l’équilibre financier de ces projets ne peut être obtenu.

Les étudiants sont les premières victimes de la position idéologique de la Région. On ne peut que le regretter…


 

Commentaires

Mais nous en reconstruisons davantage et de meilleure qualité.Car le batiment C souffrait de graves problèmes de structures et de sécurité. Et la réhabilitation de bâtiment A est lancée. Nous avons plus avancé en deux ans pour ces logements étudiants que les gouvernements successifs en 20 ans.

En attendant, il y a eu 548 destructions de logements étudiants cet été à Antony de votre fait...

Ajouter un commentaire