Au service des Hauts-de-Seine

Logo CG92Chaque année, au mois de décembre, je réunis l’ensemble des cadres du Conseil général pour une matinée de travail. Cette réunion est l’occasion de faire le point sur les réalisations de l’année écoulée et de fixer le cap pour celle à venir.
 
Ce matin, la réunion se passait au théâtre Mogador. Le Conseil général est une grosse machine : il faut de la place pour accueillir ses 1200 cadres (sur 7000 agents)  et le théâtre nous permettait de les recevoir dans de bonnes conditions pour un coût nettement inférieur à celui que nous payions les années précédentes…. dans les Hauts-de-Seine.
 
Cette année, les débats portaient sur la réforme des collectivités locales et sur la future place du Conseil général dans le système administratif français.

Remise en cause de la clause de compétence générale, péréquation budgétaire, impact de la réforme sur la fiscalité locale, diminution du nombre des élus qui deviennent également des élus régionaux : de nombreuses questions nous ont été posées par les agents, sans complaisance, avec le sérieux qui caractérise les cadres de notre grande maison.
 
Est-ce le lieu, qui n’avait rien à voir avec le cadre froid et impersonnel d’une salle de palais des congrès ? Peut-être. Le thème du débat ? Plus sûrement. Toujours est-il que j’ai senti un réel intérêt dans la salle pour ce qui se disait sur la scène et une attention qui ne s’est pas relâchée au fil des heures. Que ce soit de la part des cadres présents dans la salle, ou des élus de l’exécutif, venus en nombre participer à cet échange. 

J’invite ceux que cela intéresse à se reporter à mon intervention en pièce jointe. J’ai essayé de résumer à la fois le sens de notre engagement au service des Alto-Séquanais, les changements que la réforme induira, mais aussi ma foi dans l’avenir du département. Ses missions reposent sur la qualité et le professionnalisme des agents qui les assument : pour cette raison, si le département change et évolue, il ne disparaîtra pas.

{jcomments on}

categories: 

Commentaires

Mamma mia, quelle bonne idée cette réunion à Mogador.
Parfaitement d'accord. Bien manager c'est davantage donner du sens que des ordres.

D'abord la décentralisatio n a transféré des personnels nombreux au département : les agents techniques des collèges, les agents pour la prise en charge du handicap et du RSA, l'entretien des routes départementales ... environ 1000 agents en plus.
Par ailleurs les missions du département exigent de nombreux personnels : les PMI, le secteur social (aides et insertion), les collèges, les espaces verts...
Le dernier rapport de la Cour des Comptes constate d'ailleurs une gestion du personnel très rigoureuse et en félicite le Conseil général.

7 000 agents c'est beaucoup trop.

Ajouter un commentaire