Coopération avec le Cambodge

Les Hauts-de-Seine veulent contribuer à une amélioration durable de la sécurité alimentaire de populations souffrant de la faim au Bénin,en Haïti, au Bénin, au Mali, en Arménie et au Cambodge.

Le Conseil général confie à des associations de professionnels qualifiées la mise en œuvre de programmes intégrés, pluriannuels et circonscrits à une zone d’intervention définie. Des programmes qui doivent, in fine, permettre aux populations ciblées de devenir les véritables acteurs de leur développement.

Du 4 au 8 mars, je suis au Cambodge avec Jean-Paul Dova, Isabelle Caullery et Martine Gouriet, pour signer la convention de coopération décentralisée entre les Hauts-de-Seine et la province de Siem Reap.

Depuis 2010,nous nous sommes engagés en faveur d’actions ciblant l’amélioration de productivité et la diversification du secteur agricole de la Province de Siem Reap, au Nord-Est du Cambodge, ainsi que la production de spiruline pour réduire la malnutrition infantile. Le Conseil général a ainsi investi 926 000 € depuis cette date.

En effet, le Cambodge est un pays fragilisé par l'insécurité alimentaire car sa production est essentiellement axée sur le riz, dont la qualité comme la quantité sont insuffisantes. Les programmes de développement agricole ont démontré qu'un appui apporté aux petites exploitations agricoles familiales orientées vers la demande de marchés locaux, présentant un moyen efficace de lutte contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire.{jcomments on}

Car en augmentant et en diversifiant leur activité de production, ces petites exploitations peuvent progressivement acquérir l'autosuffisance alimentaire puis atteindre un niveau de revenus régulier et contribuer à l'approvisionnement des marchés locaux.

 

Notre action se déroule dans la Province de Siem Reap, sur une zone constituée de 8 villages, à une dizaine de kilomètres de la ville de Siem Reap. Cette province est la première detination touristique du Cambodge car elle abrite les exceptionnels temples d'Angkor, et présente un important débouché pour la production de produits frais.

Le programme comprend deux activités principales :

l’accompagnement de 320 petites exploitations (exploitations pilotes en maraîchage et élevage, éleveurs de porcs, de poulets, producteurs maraîchers) dans le renforcement de leurs activités agricoles : diffusion de modèles agricoles diversifiés et durables, structuration de filières maraîchères, fruitières et élevage, afin d’assurer de meilleurs débouchés aux productions. Par des innovations techniques, des modèles agricoles durables et économiquement performants, il s’agit d’accompagner ces petits agriculteurs dans le développement d’une agriculture diversifiée génératrice de revenus, permettant d’assurer le maintien de leur activité et l’approvisionnement des marchés de produits locaux de qualité ;

la lutte contre la malnutrition infantile par des actions de sensibilisation et la mise en place d’une unité de production et de distribution de spiruline, complément alimentaire permettant de réduire significativement les carences nutritionnelles, notamment chez les enfants. 
(La spiruline est, pour partie, distribuée en centres de santé communautaires et aux ONG spécialisées, afin de lutter efficacement contre les carences alimentaires, tandis qu’un certain pourcentage sera commercialisé, assurant ainsi la pérennité de l’unité. Des séances de sensibilisation sont organisées à destination des agents de santé et de la population.)

Les Hauts-de-Seine travaillent avec deux partenaires :

Antenna Technologies, spécialisée dans la lutte contre la malnutrition et la culture de la spiruline (Le site Internet de l'association : www.antenna.ch)

- AGRISUD International, association de solidarité internationale qui contribue depuis 1992 au développement économique des pays du sud. (Le site Internet de l'ONG : www.agrisud.org)

 

 

 

 

Ajouter un commentaire