Droit d'inventaire : "Il ne s'agit pas de chercher un bouc émissaire"

J'étais l'invité de RTL Week-end ce samedi 17 août à 8 h 40. Voici la synthèse de mes propos faite par la rédaction de RTL.

Patrick Devedjian se dit favorable à un débat sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy

INVITE RTL - L'ancien ministre et proche de Nicolas Sarkozy, Patrick Devedjian, se dit favorable à l'ouverture d'un débat au sein de l'UMP à propos du bilan du quinquennat de l'ex-président de la République.

"Il est toujours bon de faire le point", a déclaré Patrick Devedjian à RTL samedi, en réaction à la déclaration de Jean-François Copé qui souhaite ouvrir un débat sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Il faut reconnaître ce que nous avons fait et ce que nous avons raté (Patrick Devedjian)

"J'espère que cela sera un vrai débat, ouvert, utile", a précisé le président du Conseil général des Hauts-de-Seine. "Il y a du noir et du blanc" dans les cinq années pendant lesquelles la droite était à la tête de l’État. "Il faut reconnaître ce que nous avons fait et ce que nous avons raté" a concédé Devedjian. Mais il faut selon lui éviter de "laisser ce bilan à l'opposition", qui aurait pour coutume de "le caricaturer" selon ses mots.

Pas une attaque contre Sarkozy d'après Devedjian

Si certains voient dans ce débat une manière d'écarter l'ex-président de la présidentielle de 2017, l'ancien ministre chargé du plan de relance n'est pas de cet avis : "Il ne s'agit pas de chercher un bouc-émissaire", a-t-il assuré. Il y a beaucoup de choses très positives dans ce bilan, nous pourrons les mettre en valeur".

Parmi les points à retenir, Patrick Devedjian cite "la résistance à la crise", "la très bonne politique industrielle" ou encore des"réformes démocratiques", comme la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel. Mais d'autres points ont été moins réussis selon le député des Hauts-de-Seine. "Nous avons raté la réforme fiscale" concède-t-il, ainsi que "celle de la carte judiciaire" par exemple.
Le débat proposé par Jean-François Copé est " indispensable pour un nouveau projet" pour Devedjian, qui estime cette étape permettra de "proposer un programme attractif" aux Français. Selon les vœux du président du parti, le processus, pourrait démarrer "avant la mi-octobre".

Ajouter un commentaire