La gestion des Hauts-de-Seine encore une fois reconnue

En raison de la baisse des dotations de l’Etat aux départements, l’agence de notation Standard & Poor’s a dégradé la note de tous les départements français le 5 décembre dernier. Mais le département des Hauts-de-Seine fait exception : Standard & Poor’s nous a confirmé la note AA, note long terme maximale à laquelle peut prétendre une collectivité locale.

Je me réjouis que soit ainsi saluée la qualité d’une gestion alliant maîtrise des dépenses de fonctionnement et maintien d’un niveau élevé d’investissement.

D’autant que, dans son rapport remis le 22 décembre, Standard & Poor’s a fait passer notre management financier de « bon » à « très bon » : il reconnait que les dépenses de fonctionnement sont maîtrisées, l’endettement limité puisque la dette a même baissé en 2014. Il consacre ainsi nos procédures budgétaires optimisées, nos outils de prospective sophistiqués et notre gestion prudente de la dette et de la trésorerie.

Avec une fiscalité réduite, le dynamisme de l’économie locale et le développement de ses réseaux d’infrastructure, le département des Hauts-de-Seine peut résister.

Cependant, à court terme, Standard & Poor’s (même s’il maintient sa note à A1 +) envisage des perspectives négatives en raison non seulement de la baisse toujours plus importante des dotations de l’Etat (la baisse de la DGF s’aggrave de 20 millions € à 50 millions € en 2015) mais aussi de la participation toujours plus importante des Hauts-de-Seine au fonds de péréquation qui s’élèvera au minimum à 330 millions €. Nos marges de manœuvre devraient donc se contracter et nous avons donc eu raison d’anticiper par la rigueur de notre gestion ces perspectives inquiétantes.

Ajouter un commentaire