La justice n'est pas l'affaire de "potaches" !

Ce n'est pas un hasard si la justice a les yeux bandés ! L’aspiration des hommes à la justice est fondamentale. Si la justice vient à être défaillante c’est toute la société qui en souffre, le pacte social qui se rompt.

C’est pour cela que ce misérable « mur des cons » du Syndicat de la Magistrature nous paraît si grave, si dangereux. Cela n’a aucune importance que des hommes politiques, des journalistes, des intellectuels se fassent injurier : c’est inséparable de la liberté d’expression qui n’est limité par la loi que dans le cas de graves débordements.

Mais que devient la justice, garante de cette liberté, si les juges ne sont pas considérés comme impartiaux par l’ensemble du corps social ? Nous avons besoin de croire que les jugements qui sont rendus obéissent à la seule loi et pas aux humeurs ou aux sentiments personnels des magistrats.

Tous ceux qui sont mentionnés sur ce « mur des cons » peuvent désormais demander la récusation d’un juge au seul motif de son appartenance syndicale ! Quand la présidente du Syndicat de la Magistrature dit que ses adhérents se sont conduits « en potaches », nous pouvons tous répondre que nous avons le droit de ne pas être jugés par des potaches. Ce qui est scandaleux, c’est cette culture complaisante de la partialité entretenue par un syndicat orientant politiquement des juges que nous espérons tous impartiaux.

Je remercie Mme la Garde des Sceaux d’avoir saisi le Conseil Supérieur de la Magistrature, même si je regrette qu’elle ne l’ait pas fait immédiatement.

Il faut rappeler que le statut des magistrats rend toute démonstration de nature politique incompatible avec la réserve imposée par cette fonction de juge. Cela va sans dire, mais il semble que cela mérite aujourd’hui d’être souligné.

 

categories: 

Commentaires

En fin un commentaire equilibré
Je suis d'accord
Aujourd'hui un politique moralement n'y a pas de escrupules.

Ajouter un commentaire