Les Echos, 16 janvier 2014 : "C'est le Gosplan qu'on est en train de faire !"

Retrouver l'article des Echos

Interview d'Isabelle Ficek, Journaliste, ificek@lesechos.fr

Le président du Conseil général des Hauts-de-Seine juge « brutale et incohérente » la proposition de Jean-Marc Ayrault de supprimer les départements de la petite couronne parisienne.

Que pensez-vous de cette proposition de Jean-Marc Ayrault de supprimer les départements de la petite couronne parisienne ?

Elle est brutale et incohérente. En décembre, dans le projet de loi sur les métropoles, la commission des Lois avait voté des dispositions facilitant la fusion des départements. Le gouvernement les a rejetées. Le vrai problème, ce n’est pas le nombre de strates – il est à peu près le même dans tous les pays démocratiques – mais les compétences. Le logement dépend de sept étages administratifs. C’est beaucoup trop !

Dans la loi de 2010, Nicolas Sarkozy avait posé le principe de la compétence spécialisée. En décembre, le gouvernement l’a abrogée et François Hollande explique maintenant que c’est très bien. On navigue à l’impulsion !

Quel est le problème ?

Les socialistes ont supprimé les intercommunalités dans la petite couronne. Il n’y a plus d’intermédiaires entre les communes et la métropole. Or, les compétences des départements, sociales, sont de proximité. Je ne vois pas une métropole de 6,5 millions d’habitants gérer cette proximité.

Vous ne voulez pas partager les richesses ?

Mais il y a déjà la péréquation ! Et les ressources de la Seine-Saint-Denis sont supérieures à celles des Hauts-de-Seine, même si ses dépenses sociales le sont aussi car il n’y a pas de mixité. Dire que nous refusons la fusion parce que nous sommes égoïstes, c’est de la petite polémique ! Dans le monde, les métropoles exercent des compétences stratégiques, avec l’économie, les aéroports, les transports. Rien de cela ici ! C’est le Gosplan qu’on est en train de faire. Et c’est aussi contraire à l’article 72 de la Constitution qui dit que les compétences doivent être exercées au plus près du citoyen.

 

 

Ajouter un commentaire