Les Hauts-de-Seine à la pointe de la solidarité

La solidarité est la première compétence du département. Depuis mon arrivée à la présidence du Conseil général des Hauts de Seine j’attache une attention toute particulière à la qualité de la prise en charge des personnes les plus fragiles, des familles, des personnes âgées, des personnes en situation de handicap.

En cinq ans nous avons augmenté de 25 % nos dépenses de solidarité en développant des dispositifs plus efficaces, plus novateurs, plus proches des besoins des alto-séquanais.

• Ainsi aujourd’hui, le Conseil général consacre 41 millions d’euros par an, pour aider les familles à trouver une mode de garde pour leur enfants (soit 22.5M€ de plus en 5 ans). Cela nous permet notamment de pouvoir offrir 25 000 places en crèches aux petits altos-séquanais, quand la Seine Saint Denis en propose 12 000 et le Val de Marne 7 500.

 

{jcomments on}• Au cours des dernières années, 200 établissements pour personnes âgées des Hauts de Seine ont vu le jour, ceux qui existaient préalablement ont été modernisés, des actions d’aide au maintien à domicile se sont développées. Le Conseil général y consacre 170 millions d’euros par an (soit 72,3 M€ de plus en 5 ans).

• Soucieux d’aider ceux de nos concitoyens confrontés au handicap, nous avons créé et financé 600 nouvelles places d’hébergement ou de service d’aide, nous avons mis à la disposition de la maison du handicap plus d’une centaine d’agents départementaux, et développé les dispositifs d’aide au maintien à domicile. Cela se traduit par l’allocation d’un budget de 136 millions d’euros alors qu’il n’était que de 62M€ il y a cinq ans. Ces efforts budgétaires devront se poursuivre les prochaines années tant les besoins sont importants.

• L’efficacité de notre politique, c’est aussi le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA. Quand l’ensemble des départements d’Ile de France enregistrent une croissance du nombre de bénéficiaires du RSA de l’ordre de 4%, nous constatons une baisse dans les Hauts de Seine, liée à la politique volontariste et innovante d’accompagnement vers l’emploi (30% de retour vers l’emploi quand la moyenne des autres départements est de l’ordre de 5 à 7%), grâce notamment aux Espaces Insertion.

Au-delà des euros nécessaires et prévus dans nos budgets, la solidarité c’est permettre à chacun de trouver une situation satisfaisante grâce à un accompagnement pertinent et humain.

 

categories: 

Ajouter un commentaire