Les Hauts-de-Seine soutiennent la filière "cacao" en Haïti

Depuis le 1er juin, je suis en Haïti avec pour suivre l'évolution du programme de soutien à la filière cacao financé par le Département depuis 2009, à hauteur de 1,2 millions d'euros, avec Isabelle Caullery, vice-présidente en charge de la Coopération internationales, Gabriel Massou, Conseiller départemental, et Christophe Bertrand, chocolatier À la Reine Astrid à Meudon. .

Aujourd'hui, 3 000 familles, soit 12 000 personnes, sont concernées par ce programme de soutien à la filière cacao en Haïti.

Nous devons rencontrer les autorités haïtiennes, notamment le ministre de l'agriculture, et l'interprofession cacao, et faire des visites de terrain (coopératives, plantations, centres de fermentation). Ces échanges doivent nous permettre de mieux comprendre le territoire haïtien, les contraintes auxquelles sont confrontés les producteurs comme les attentes des chocolatiers (régularité et qualité)

Mieux comprendre le programme de soutien à la filière cacao en Haïti 

L'objectif est de relancer la production d'un cacao de qualité et structurer la filière à travers des actions destinées à permettre aux petits producteurs haïtiens de cacao d'accéder à des marchés plus rémunérateurs : équitable, biologique et marché de niche qualité.

Des résultats très encourageants ont été constatés au cours de ces 6 années d'appui départemental :

- la fédération des coopératives cacaoyères du Nord (FECCANO) a organisé la production du premier cacao fermenté du pays. Elle s'est élargie à 7 coopératives, regroupe aujourd'hui 3 000 membres et dispose d'une capacité de transformation du cacao de 450 tonnes par an.

- La FECCANO a établi des contrats commerciaux et liens durables avec deux acheteurs français importants : la Société Coopérative Ethiquable et Valrhona.

- 900 producteurs ont été certifiés bio.

- Le prix du cacao payé aux producteurs est passé de 0,25 USD par livre à 0,95 USD.

- le volume de cacao fermenté exporté est passé de 72 à 152 tonnes en 2013.

Les enjeux actuels de la filière sont les suivants :

- augmenter les volumes de production en incitant les producteurs à régénérer leur parcelles (tailles des cacaoyers)

- poursuivre le travail d'amélioration de la qualité du cacao

- mettre en place une stratégie de développement commercial à l'export sur des marchés à haute valeur ajoutée

- renforcer l'interprofession cacao (groupe de discussion des acteurs de la filière au niveau national)

- préserver la fève haïtienne, réputée pour sa qualité, face à l'introduction d'espèces modifiées.

 

Haïti, quelques repères

Les deux plus grandes zones de production en Haïti sont la Grande-Anse et le Nord.

› Population : 10 millions d'habitants 
› Climat : tropical 
› Espérance de vie : 62,4 ans 
› Indice de Développement Humain 2013 : 0,471, 168e rang mondial
› PIB par habitant : 1034 USD
› Taux de croissance : +6,7% (2013)

Le contexte

Au début du 20e siècle, Haïti était un des premiers producteurs de cacao au monde. La succession des crises politiques et économiques des 20 dernières années a conduit à une quasi disparition de ces anciennes filières d’exportation à forte valeur ajoutée. Et aujourd’hui, avec une production annuelle oscillant autour de 4 000 tonnes, Haïti est classé 25e pays producteur mondial.

La filière cacao haïtienne représente cependant un enjeu environnemental (reforestation) et socio-économique important pour Haïti. Le cacao représente plus de 50% des revenus totaux des producteurs, qui, bien que saisonniers, jouent un rôle essentiel dans la trésorerie familiale. Haïti produit du criollo, l’une des fèves les plus recherchées et aromatiques (5% de la production mondiale).

Il importe aujourd’hui de saisir l’opportunité d’investir à nouveau cette filière, sachant que depuis quelques années le marché du cacao connait un essor important, et qu’un déficit de l’offre mondiale est à prévoir, en raison notamment de la croissance prévue de la demande des pays émergents.

Le programme

Renforcer la filière cacao pour améliorer durablement les revenus des paysans du nord d’Haïti.

Les actions :

améliorer la production et la qualité ;

développer la production certifiée biologique et équitable ;

améliorer l’équipement des coopératives pour collecter, fermenter et sécher le cacao ;

renforcer la gestion des coopératives ;

organiser la filière au niveau national.

Les activités réalisées depuis 2009

Fabriquer un cacao fermenté de qualité
♦ Création d’un produit nouveau, un cacao fin et aromatique, de pure origine Haïti.
La fermentation du cacao n’est pas une technique très difficile, mais elle exige de la rigueur et de l’expérience pratique.
♦ Financement d’équipements pour assurer une fermentation de qualité du cacao en volume suffisant : construction de centre de collectes, de bacs de fermentation et d’aires de séchage du cacao.

Commercialiser un produit de qualité 
♦ Certification biologique et équitable d’une part croissante de la production
♦ Établissement des premiers contrats avec Ethiquable et Valrona.
La première importation de cacao d’Haïti par Ethiquable a eu lieu en 2009 pour un volume de 14 tonnes. La tablette pure origine Haïti à 72% de cacao a été lancée en 2010. Les achats d’Ethiquable représentent aujourd’hui un volume de 50 tonnes de cacao par an.

Améliorer la gestion de la fédération de coopératives (la FECCANO)
♦ Mise en place d’une démarche qualité pour assurer le suivi de la production
♦ Consolidation du leadership de la FECCANO


 

Créer une interprofession cacao
♦ Promotion de la particularité de la fève haïtienne
♦ Structuration des pratiques et de la commercialisation au niveau national

Les chiffres

› 1,2 millions d'euros investis depuis 2009 par le Département
› 7 coopératives et 2 500 familles membres (12 000 personnes) 
› 900 producteurs certifiés bio
› 10 centres de fermentation construits
› 125 tonnes annuelles de cacao exportées (contre 72 t en 2011)
› Multiplication par 4 du prix du cacao fermenté payé aux producteurs entre 2009 et 2013 (de 0,25 à 0,95 USD) 

Le cacao d’Haïti dans les Hauts-de-Seine

Dans les Hauts-de-Seine, le chocolatier À la Reine Astrid produit des tablettes de chocolat à partir du cacao fermenté issu des producteurs haïtiens. 
Le Département souhaite valoriser ce cacao d’origine sur son territoire et ainsi inciter d’autres artisans chocolatiers alto séquanais à utiliser le cacao haïtien.

La politique de coopération internationale départementale pourrait ainsi avoir des retombées économiques en Haïti et dans les Hauts-de-Seine. 

Le partenaire

 

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF)est une association de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne. Elle met au service des communautés paysannes menacées par l'exclusion et la pauvreté, les compétences de professionnels de l’agriculture, de l’élevage et de la santé animale.

AVSF soutient leurs initiatives pour obtenir de meilleures conditions de vie, gérer durablement les ressources naturelles dont elles dépendent, et participer au développement socio-économique de leur territoire.

AVSF les aide à défendre leurs droits et mieux faire reconnaître leur rôle dans la société.

Contact au Conseil départemental des Hauts-de-Seine : Charlotte Rieuf, Service coopération internationale, chargée du programme Haïti 

 

Commentaires

Tres bon article
Tres bon projet Cacao
Bénéfices certains d' Emplois ,Richesses , Environnement et Qualité de vie .Bravo

Ajouter un commentaire