Les logements sociaux dans les Hauts-de-Seine au 1er janvier 2013

Voici les derniers chiffres officiels des logements sociaux dans les Hauts-de-Seine :

Au 1er janvier 2013, le département des Hauts-de-Seine comptait 27,69 % de logements sociaux (27,31 % au 1er janvier 2012).

11 villes sur 36 n'ont pas encore atteint le taux de 20 % demandé par la loi SRU qui leur donne jusqu'à 2020 pour y arriver : Asnières (18,83%), Bois-Colombes (19,17%), Boulogne-Billancourt (13,86 %), Bourg-la-Reine (17,87 %), La Garenne-Colombes (11,62 %), Levallois-Perret (18,94 %), Neuilly-sur-Seine (4,71 %), Saint-Cloud (16,79 %), Vaucresson (5,40%), Ville d'Avray (10,63 %). 

Le Conseil général a donc décidé dans sa séance de janvier 2014 de concentrer ses efforts et ses aides financières sur ces villes pour les aider à atteindre le pourcentage demandé par la loi.

Commentaires

Bonjour ,
Je me permet de vous écrire un message car je suis héberger chez ma sœur depuis 3 mois avec mes 4 enfants et mon conjoint ,l'appartement fait 68m2 et ma sœur a elle aussi 3 enfants et un conjoint .
Nous sommes revenus dans la région pour une proposition de travail faite à mon conjoint mais pour l'instant nous n'avons pas de logement et ça devient urgent. Mon conjoint et en cdi moi en congés parentale nous touchons 2600€net par mois et 450€d'apl s'il vous plait répondez moi merci
Melle carré Élodie
0650572403

Au 1er janvier 2013, le département des Hauts-de-Seine comptait 27,69 % de logements sociaux (27,31 % au 1er janvier 2012).

Ne fallait il pas détruire 7% du parc plutôt que l'augmenter encore ?

Pourquoi privilégier l'industrialisation de la paupérisation alors que l'industrialisation du "luxe" serait un mieux social ?

Parce qu'un peuple heureux et instruits est dangereux pour ses gouvernants ? Les lumières de 1789, 1968, ... ?

....En plus, cette pouplation ne vote pas UMP, accessoirement....

Cher Monsieur, la loi oblige désormais à un minimum de 25 % de logements sociaux dans nos villes d'ici 2025.
Ce sont, pour l'instant encore et c'est heureux, les communes qui décident des implantations de logements sociaux (mais les socialistes veulent que la Métropole du Grand Paris prenne la main, ce à quoi je m'oppose de toutes mes forces), et c'est bien car elles sont proches des habitants, de leurs souhaits d'un cadre de vie équilibré.
Donc, la politique du Conseil général des Hauts-de-Seine est de n'aider que les villes qui se situent en-dessous de ce pourcentage à respecter (25 %) quand elles le veulent, et non les villes qui ont déjà atteint ou dépassé cet objectif, comme c'est le cas pour Bagneux, Châtenay-Malabry, Fontenay-aux-Roses, Gennevilliers, Le Plessis-Robinson, Nanterre, Suresnes et Villeneuve-la-Garenne.
Dans ces villes, il nous semble bien préférable d'encourager l'accession à la propriété pour réaliser une véritable mixité sociale et c'est ce que le Conseil général fait.

Ajouter un commentaire