Les orientations budgétaires 2018 des Hauts-de-Seine, 20 octobre 2017

 
Mes chers collègues,
 
Plusieurs rapports sont examinés ce matin, dont nos orientations budgétaires pour 2018, avant la présentation de notre budget primitif en décembre prochain.
 
Notre politique budgétaire se poursuit en cohérence avec nos engagements antérieurs : rigueur dans la gestion, priorité en matière de solidarité (à hauteur de 850 M€), ambitions pour l’investissement (de l’ordre de 400 M€).
 
Comme de nombreuses collectivités, nous sommes de « bons élèves » dans notre conduite budgétaire, et puis nous innovons, nous voulons faire évoluer nos territoires.
 
Or voit bien le déséquilibre croissant entre :
  • -d’un côté les efforts, toujours plus lourds, imposés aux collectivités. Depuis 2013, les collectivités locales sont à l’origine des 2/3 de la réduction du déficit français, alors même qu’elles ne représentent que 20 % des dépenses publiques.
  • -de l’autre côté le mastodonte de l’Etat, immobile, jamais réformé, toujours en déficit.
Désormais la France est, avec l’Espagne, le seul pays de la zone euro dont le déficit public reste supérieur au seuil de 3 points de PIB.
Un Etat aussi qui se désengage, que ce soit dans le financement des allocations individuelles de solidarité, ou en matière d’investissement public.
 
Malgré ce contexte national fragile, le Département des Hauts-de-Seine poursuit sa politique volontariste et optimiste.
 
En 2018, l’éducation, la culture, les transports, l’habitat, figureront parmi nos investissements majeurs, et bien sûr, les investissements urgents et stratégiques à La Défense.
Au 1er janvier 2018, une transformation historique s’annonce enfin à La Défense, avec le futur Établissement Public Local, qui sera contrôlé et financé par les collectivités. Cette dalle de la Défense, ces souterrains, ces espaces publics abandonnés par l’Etat (malgré la fréquentation croissante et les enjeux économiques et stratégiques du lieu), vont enfin faire l’objet d’un programme sérieux de rénovation et de valorisation.
Au moment du Brexit et dans la perspective des JO de 2024, il est temps de faire valoir les atouts français et de booster l’attractivité de la place économique parisienne.
 
Je vous remercie.
 

Ajouter un commentaire