Non aux violences faites aux femmes !

E

"La violence est la loi de la brute" (Romain Rolland).

En France, une femme sur dix déclare avoir subi des violences conjugales. La mobilisation de tous est donc essentielle. Le Département des Hauts-de-Seine combat avec énergie les violences faites aux femmes : en 2015 il alloue 1 195 817 € à cet objectif, et agit dans trois directions :

- l'information et la prévention notamment dans les collèges par l'Education Nationale, la Caisse primaire d'assurance maladie et les 32 centres de planification et d'éducation familiale du Département.

- l'accueil et l'écoute des femmes victimes de violence, par le dispositif départemental inter-associatif, Femmes victimes de violences (FVV92) : à la fois service de proximité anonyme qui propose un service d'écoute téléphonique, un accompagnement global, un groupe de parole et un service spécialisé dans l'accompagnement vers l'emploi.

Femmes victimes de violence est animée et coordonnée par 4 associations (L'Escale à Gennevilliers, l'Association Femmes en difficulté (AFED) et l'ADAVIP 92 à Nanterre, SOS Femmes alternative - Centre Flora Tristan à Châtillon) qui travaillent avec les services sociaux, la police, les instances juridiques, l'ASE, les services médicaux...  et soutenue par les 4 CIDFF (centres d'information sur les droits des femmes et des familles).

En plus du numéro national 3919, anonyme et gratuit, que vcitime ou témoin peuvent appeler, dans les Hauts-de-Seine existe un numéro d'écoute et d'accueil de proximité : 01 47 91 48 44 qui a enregistré  1215 appels en 2014 et conduit 3515 entretiens individuels.

- le logement temporaire  (en 2015, 82 femmes et 136 enfants ont été accueillis dans l'une des 147 places d'hébergement temporaire du Département) et l'accompagnement par les différents services départementaux pour favoriser leur insertion.

en savoir plus

 

 

categories: 

Ajouter un commentaire