Qui finance les transports publics d’Ile-de-France ?

C’est le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) qui est l’autorité organisatrice des transports en Ile-de-France et qui en a la seule compétence.

Depuis la loi de décentralisation de 2004, l’Etat s’est retiré du conseil d’administration du STIF qui est maintenant présidé par Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France, et comprend la Région Ile-de-France (14 membres), la ville de Paris (5 membres) et les 7 autres départements de la Région (1 membre représentant par département).

La gauche y est très largement majoritaire et c’est elle qui prend les décisions. Les trois départements de droite (Hauts-de-Seine, Yvelines et Val d’Oise) contribuent financièrement aussi  au budget du STIF, même si leurs demandes ne sont guère entendues.

Voici le montant des contributions arrêtées pour le budget 2013 :

Budget total :   1 milliard 207 millions €, dont :

Région Ile de France :  604,1 millions € (50 %)

Paris :    359,8 millions € (29,8 %)

Hauts-de-Seine : 91,7 millions € (7,6 %)

Seine-Saint-Denis : 44,4 millions € (3,7 %)

Val-de-Marne :  35,7 millions € (3 %)

Yvelines  18,8 millions € (1,6 %)

Essonne  11, 6 millions € (1 %)

Val d’Oise   10,8 millions € (0,9 %)

Seine et Marne  7,6 millions € (0,6 %)

On voit bien que les Hauts-de-Seine qui ont la même population que la Seine Saint Denis et les mêmes recettes fiscales, contribuent deux fois plus, ce qui est déjà une forme de péréquation forte. Certes, Paris paie davantage mais Paris a un réseau de transports publics exceptionnellement dense et un budget plus de quatre fois supérieur à celui des Hauts-de-Seine.

Il est normal que les Hauts-de-Seine apportent leur contribution mais d’une part cela devrait être équitable puisqu’il y a par ailleurs une forte péréquation. Et d’autre part les besoins des Hauts-de-Seine, par exemple pour le RER B Sud, devraient pris en compte.

 

Ajouter un commentaire