Relisons Portalis...

A l'heure où nous réfléchissons au mariage, je relis les travaux préparatoires du Code Civil de 1804. Ils peuvent nous éclairer.

«(…)  Le Premier Consul dit que le mariage n’est pas toujours, comme on le suppose, la conclusion de l’amour. Une jeune personne consent à se marier pour se conformer à la mode, pour arriver à l’indépendance et à un établissement ; elle accepter un mari d’un âge disproportionné, dont l’imagination, les goûts et les habitudes ne s’accordent pas avec les siens. La loi donc lui ménager un ressource pour le moment, où, l’illusion cessant, elle reconnaît qu’elle se trouve dans des liens mal assortis, et que sa volonté a été séduite.

M. Portalis dit qu’il y a des inconvénients des deux côtés. Cependant, ajoute-t-il, si l’on déshonore le mariage, les passions gagnent ; elles perdent au contraire si le mariage est respecté. Au reste, quand on veut juger un principe, quand on veut juger une loi, il ne faut pas uniquement s’occuper des inconvénients qu’elle ne peut empêcher et qui sont toujours sensibles ; il faut voir encore ceux qu’elle prévient et qu’elle étouffe. Car si on ne voyait que les inconvénients qu’une loi ne peut empêcher, il y aurait des raisons de proscrire la morale même. Pour ne pas tomber dans l’erreur, il faut tout balancer. Le contrat de mariage doit au moins avoir autant de solidité que les autres contrats. Tout père de famille tremblerait si le divorce était rendu trop facile, et si la durée du mariage dépendait du libre arbitre de chacune des époux. A la vérité, dans le système proposé, quelques individus seront malheureux : mais le mariage n’est pas seulement institué pour les époux ; l’époux n’est là que le ministre de la nature pour perpétuer la société. La société, dans ce contrat, vient s’enter sur la nature ; le mariage n’est pas un pacte, mais un fait ; c’est le résultat de la nature qui destine les hommes à vivre en société."(...)

 (Naissance du Code Civil, Travaux préparatoires du Code Civil rassemblée par P. A. Fenet, p.204, Flammarion, 2004){jcomments on}

 

Ajouter un commentaire